Définition du tanuki

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Définition du tanuki

Message  Ptitarbre le Lun 30 Avr - 9:14

Very Happy Konnichiwa!

Pour certains, le terme tanuki ne signifie peut-être pas grand chose. C'est une technique associant une souche morte à un arbuste vivant de la même variété. La souche représente la vieillesse, la patine, la veine vivante "greffée" par inclusion dans un sillon artificiel,est sensée représenter le filet de vie qui résiste au temps, à la maladie, à la mort.
Le tanuki est méprisé par certains puristes du bonsaï, mais il permet, s'il est réussi, de présenter un arbre avec tous les critères de fantaisie spectaculaire, que seuls les bonsaï aboutis depuis de longues années peuvent exhiber.

Un de nos amis, éminent praticien dans cette discipline nous a fait l'honneur de nous autoriser à publier son introduction sur la technique du tanuki. PHOTOS A VENIR!

LE TANUKI
(Avec l’aimable autorisation de Yves )
Origine : Au japon la traduction tanuki veut dire chien viverrin mais ce n'est ni un raton laveur ni un blaireau, ou encore cela désigne la ruse ,en effet ces arbres représentent la ruse puisque ce sont des arbres incrustés dans un bois mort . On appelle également cette technique greffe du Phoenix, dans la mythologie, le phoenix est l'oiseau de feu qui est ressorti du monde des morts et qui renait sans cesse ; le tanuki est ce phoenix, il représente la nouvelle vie d'un arbre mort. Le mot “tanuki” représente également « quelque chose qui n’est pas ce qu’il parait ».

En comprenant mieux les origines de ces créations ,nous comprenons mieux ce que cela veut dire .Pour les puristes du bonsaï, ces arbres ne seront jamais la représentation d'une réalité naturelle, soit on aime soit on aime pas ,pourtant dans le cadre d’une composition artistique la composition finale peut être considérée comme un véritable bonsaï

Technique : Cela consiste à intégrer un jeune plant sur un morceau de bois mort afin qu'ils ne fassent qu'un et choisir la technique qui s'y prête le mieux, toute la beauté du tanuki va dans l’harmonie et la manière dont ont a assemblé les deux sujets, et tout en essayant de suivre la direction des fibres , ce qui fait que tout ceci fait la difficulté de la réussite d'un beau tanuki. Tout ce qui semble facile ne l’est pas et surtout ne pas montrer le passage de l’homme et de son intervention.
Maintenant passons aux différentes techniques d' assemblage pour incruster le jeune plant dans le bois

1- On travaille par placage soit on le cloue ou on le visse , cette technique consiste à intervenir sur le plant vivant et non sur la souche morte ,tout d'abord on scrute le plant pour tirer le meilleur parti ensuite on l'écorce que sur une face pour qu'il vienne épouser exactement la souche ,quand le résultat est escompté on cloue ou on visse le plant sur la souche

Vue de dessus




2- Ici la technique par insertion est inversée , on agit sur la souche morte et non sur le plant ,cela consiste à faire une gorge le long de la souche ,afin de recevoir le plant et une fois qu'il est bien positionné dans sa gorge on peut le visser,c'est la méthode la plus utilisée et c'est celle ci que je retiendrai pour les explications futures



Les régles : La règle principale du tanuki c'est d' intégrer un plant de la même espèce que la souche , ce qui est rarement respecté , vous comprendrez que l'on ne va pas mettre un feuillu sur une souche de pin ou bien encore une azalée sur une souche de juniperus .
Ce qu'il faut impérativement c'est d'intégrer le mieux possible le plant sur la souche afin qu'ils ne fassent qu'un. Sinon les règles générales restent identiques à celle du bonsaï traditionnel , équilibre , proportion esthétique ,etc...

La préparation du bois mort : Une fois que vous avez trouvé la souche qui conviendra pour en faire un superbe tanuki ,il y a la préparation , tout d'abord retirer l'écorce car de toute façon avec le temps elle tombera d'elle même ,ensuite bien la faire sécher et par la même occasion préparer les jin ,ensuite une fois ce travail effectué traiter les jin avec du produit à jin de préférence en période chaude pour que le produit blanchisse plus rapidement ,y ajouter si nécessaire de l'encre de chine dans le produit pour qu'ils fassent plus naturels, moins blancs et je dirai plutôt grisâtres .Ensuite vient la

Protection du bois mort : En réalité il y a peu d'essence de bois qui resiste à long terme à la pourriture et c'est pourquoi il faut bien le préparer et avoir avant tout le projet bien en tête avant même de commencer une telle expérience , ce que je veux dire c'est essayer de limiter que le bois ne soit trop dans la terre et c'est pourquoi il faut préparer la partie inférieure soit en la rabotant ou en éliminant la plus grosse partie qui pourrait stagner dans la terre , alors ensuite on pourra commencer la protection de ce bois mort .
Il existe plusieurs produits sur le marché , tout d'abord les produits d'étanchéité que l'on utilise dans le bâtiment ,ces produits sont utilisés pour mettre dans le mortier pour colmater un mur qui suinte par exemple et on les retrouve dans toutes les grandes surfaces de bricolage la marque la plus connue est le compaktuna pro qui est une dispersion plastique blanche et stable de résines liquides. Améliore et perfectionne tous les mortiers et bétons. Etancheité exceptionnelle.

Ou il existe également la résine époxy qui va très bien à mettre et peut être un peu moins cher que le compaktuna ,une fois ce travail terminé il faut bien laisser sécher le produit , ensuite le rincer ,le sécher , rincer et sécher de nouveau et ensuite je le laisse quelques mois aux intempéries ,pour être sur qu'il n'y a plus de produit qui pourrait être néfaste pour mon plant .Quand tout ceci est terminé je fignole mon travail ,maintenant je donne un aspect vivant à ma souche , je traite la souche avec de l'huile d'olive afin de donner à la souche cet aspect brunâtre pour que l'on croit que cette partie est vivante voici un exemple

avant :

Voilà je pense que cet exemple est on ne peut plus explicite, maintenant vient le moment de

La préparation de la gorge : Pour bien préparer la gorge il nous faut quand même un minimum de matériel de bricolage, l'outil indispensable est bien sur une petite dremel avec les accessoires assortis.
Tout d'abord il faut bien regarder par où passera le jeune plant ,ensuite il faut le tracer au crayon le long du bois mort pour voir exactement son futur emplacement ,tout en essayant de suivre la fibre du bois ensuite c'est là qu'intervient les accessoires et la dremel .Il faut suivre le trait de crayon avec ce petit disque à découper ou tronçonner afin de délémiter au plus juste possible notre futur emplacement
Une fois les délimitations terminées nous pourrons fraiser notre emplacement avec les fraises qui correspondent à la largeur de la gorge et à la profondeur.

Enfin voilà le travail terminé.

Nous pourrons alors présenter notre plant sur la souche morte, bien l'attacher à l’aide de « serreflex » pour qu'il ne bouge plus de sa gorge, le placer dans un pot à bonsaï.

alors ensuite une fois qu'il est bien installé dans son pot nous pourrons penser à

la fixation du plant : tout d'abord il faut faire un avant trou avec une fine mèche ou un fin clou afin de pouvoir le fixer définitivement avec un vis à tête plate en INOX et j'insiste pour mettre une telle qualité, pour que dans la suite le vis ne rouille pas .En général le vis restera définitivement ,et avec le temps il sera recouvert par l'écorce de l'arbre .

la culture : du tanuki se présente exactement comme le bonsaï traditionel que se soit la taille , l'arrosage , la luminosité , l'apport d'engrais sauf peut-être au rempotage , au moment de dépoter il vous faudra faire ça très délicatement afin que le jeune plant ne bouge ou ne s'arrache du bois mort et je conseillerai avant toute action remettre un ou deux « serreflex » autour afin d'écarter tout danger et que le plant reste dans sa position initiale .

l'entretien : des jin se fera comme d'habitude , régulièrement et en fine couche en période chaude et en protégeant le substrat avec un tissus assez épais afin qu'il n'y ai aucune coulée du produit qui s'écoule sur la terre , quand à l'huile d'olive n'hésitez pas ,c'est excellent pour le bois et c'est naturel .

Voilà je pense avoir à peu près tout dit sur le tanuki , maintenant si vous avez d'autres questions n'hésitez pas nous sommes toutes ouies , je vous souhaite avoir beaucoup de bonheur en découvrant cet art qu'est le tanuki il vous procurera de la joie car c'est une façon de se procurer de superbes arbres ( bonsaï ) à très petits prix.
avatar
Ptitarbre
Admin

Messages : 206
Date d'inscription : 21/04/2012
Age : 74
Localisation : Montpellier

Voir le profil de l'utilisateur http://toranoyama.forumetoile.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum